logo article ou rubrique
FAKE NEWS et complotisme

Des pistes ludiques pour déjouer les canulars en classe

Article mis en ligne le 13 mai 2019
dernière modification le 12 novembre 2019

par Béatrice Wauters

 I- Fake News et complotisme

Ce terme, utilisé quotidiennement dans la sphère médiatique, a émergé en grande partie pendant la présidentielle américaine de novembre 2016 et la campagne du Brexit a également été polluée par ces contre-vérités.
La diffusion d’informations délibérément fausses, souvent sensationnelles, qui ont « l’apparence d’une actualité présentée comme vraie afin de tromper son destinataire », constitue pourtant un délit en droit pénal français depuis la loi sur la presse de 1881.
Rien de nouveau donc mais, avec le numérique, les sites d’intox pullulent pourtant sur le web avec leur cohorte de « fake news » dont l’intérêt peut être politique, économique ou commercial.

Légiférer, boycotter, éduquer ?

La raison de leur présence sur le web est simple : ça peut rapporter gros !

Le roi des canulars Paul Horner revendiquait 10 000 dollars par mois gagnés grâce au service de Google AdSense. Il pensait que les gens croient tout ce qu’ils lisent, même quand on leur prouve que c’est faux et que tant que des internautes avaleront sans réfléchir tous les messages même grossiers ça marchera, peu importe le contenu, tant qu’il est aveuglément partagé sur les réseaux ou repris par d’autres sites (1).
C’est ce qui s’est passé à Vélès, en Macédoine. Cette véritable usine à fake news où de simples lycéens ou étudiants inventent des fables très populaires auprès des Américains. C’est le quotidien The Guardian qui a révélé le rôle joué par Facebook et comment d’obscures publications ont pu atteindre le million de vues et ainsi empocher les recettes publicitaires qui vont avec (environ 5000€/mois en Macédoine et jusqu’à 30 000 $ aux États-Unis). Ces sites web politiques ont surfé sur la Trumpmania en pratiquant le « clickbait » - piège à clics- pour gagner de l’argent et ont de fait, influencé la campagne américaine (2).

Si certains politiques retournent les fake news pour discréditer leurs adversaires, de grandes entreprises peuvent aussi s’en emparer pour des motifs aussi peu louables à l’instar des « fake reviews » publiées sur Tripadvisor pour encenser un établissement ou inversement, dans le cas de Samsung, pour discréditer la concurrence.

Luc Vinogradoff rajoute, sur le blog Big Browser du Monde, que ceux qui diffusent le canular ne prennent plus le temps de lire le démenti ou le fact-checking (ou n’y sont pas confrontés sur leurs murs Facebook) et restent sur leur première impression. Encore une fois, réfléchissons avant de lire, croire ET partager un fait extraordinaire sans vérification, même (et surtout ?) s’il va dans le sens de nos opinions ! (3)

Divulguer des rumeurs est devenu une activité aussi aisée que lucrative, pas étonnant d’en être inondé mais alors comment, dans un contexte "d’infobésité", démêler le vrai du faux ?

Légiférer

Pour lutter contre ce fléau, en janvier 2018 le gouvernement français a envisagé une loi “relative à la lutte contre la manipulation de l’information”. Surnommée “loi anti-fake news”. Elle a été complétée, en avril 2019, d’un décret qui en précise les règles de déclenchement et les conditions d’application, notamment pour les plateformes en ligne.(4)

De son côté, malgré la polémique, Singapour vient d’adopter sa loi sur les infox. Le texte est passé le 8 mai au Parlement. Sur le papier, il s’agit de lutter contre la diffusion de ces fausses informations sur Internet. Mais dans un pays dirigé d’une main de fer par un parti unique, ces dispositions radicales font craindre de nouvelles dérives autoritaires.(5)

La tendance serait donc aujourd’hui à la régulation et au contrôle des contenus en ligne, notamment pour faire face aux discours de haine et à la propagation des « fake news » explique le chercheur Romain Badouard. En effet, différentes directives ont été votées récemment en Europe, notamment pour lutter contre le terrorisme, ce qui implique une amplification des systèmes de surveillance et de censure sur Internet ainsi que de nouvelles formes de régulation des contenus.(6)

L’état peut décider de protéger les usagers mais se pose alors la question des critères, car qui décidera alors qu’une information est fausse ? Le risque de dériver vers une forme de censure n’est pas négligeable et cela risque d’engendrer plus de problèmes que de solutions souligne Vincent Couronne dans La revue des médias (7).

Boycotter

C’est ce qu’envisagent les Britanniques concernant certaines plateformes : l’officier supérieur de la police chargé de la protection de l’enfance a déclaré qu’une amende serait une goutte d’eau dans l’océan pour ces entreprises et qu’un boycott public des réseaux sociaux pourrait être le seul moyen de les contraindre à utiliser leurs technologies pour protéger les utilisateurs (8) .

Eduquer

Les libertés individuelles et l’esprit critique sont des leviers inestimables et l’outil le plus performant reste le cerveau humain. En tant qu’enseignants nous avons la mission, dans le cadre de l’EMI, de proposer des outils pour aiguiser l’esprit critique de nos élèves.

Les ressources foisonnent sur les sites académiques et institutionnels. Les grands médias proposent des plugins à installer sur nos navigateurs, des applications, des sites de veille et de décryptage. Vous en connaissez certainement un nombre déjà incalculable. Il ne s’agit donc pas, dans cette rubrique d’Espace Doc Web, de refaire une énième sitographie (9) mais plutôt de vous proposer quelques outils et séances directement utilisables en classe.

 II- Des Jeux pour dé-jouer les canulars

Tour d’horizon de jeux sérieux à indiquer à vos élèves et collègues afin d’entraîner leur matière grise :

1- Canular ou vérité

Un jeu en ligne canadien qui mélange fausses et vraies informations surprenantes. Trois niveaux du débutant à l’expert, pour tester son esprit critique.

Des explications apportent un éclairage après les résultats. Il est plutôt adapté à des collégiens mais fonctionne aussi très bien avec des élèves de seconde. Le guide PDF apporte par ailleurs des conseils pertinents sous forme de dessins, qui peuvent être donnés aux élèves ou affichés sur les murs.

2- Hellink

« À l’ère des fake news, emparez-vous des instruments de la pensée et défendez-vous contre les manipulations ! ».

Jeu intelligent et engagé, Hellink est un « visual novel » indépendant que pouvez donc télécharger gratuitement. Il se présente comme « un jeu d’aventure textuel dans un univers mêlant humour et cyberpunk ». Au fil d’une dizaine d’heures de jeu, le joueur incarne une experte en cybercriminalité, appelée pour résoudre un piratage qui ébranle l’université Néo-Sorbonne.

Rechercher les informations en rebondissant d’un mot-clé à l’autre, confronter les mensonges, repérer les incohérences, vérifier la fiabilité des sources d’informations sont autant de notions indispensables pour dévoiler la vérité et pour contrecarrer les mensonges !

3- What the fake

Pourquoi les ’fake news’ ont-elles tant de succès ? Comment les débusquer ? Exemples, conseils et mises en garde dans ce quiz Suisse, développé par la RTS, qui vous plonge dans la jungle des fausses informations et permet de mesurer votre perspicacité en matière de reconnaissance des fake news.

4- FACTITIOUS

Pendant du jeu canadien canular ou vérité, il offre une possibilité de collaborer avec des collègues d’anglais avec ce jeu en ligne qui propose 6 niveaux, du plus facile au plus difficile. Son intérêt réside dans le système de notation qui prend en compte les stratégies des joueurs et valorise les démarches de recherche au détriment du hasard (le nombre de clics pour afficher la source, la lecture de l’article complet permettent ainsi de rajouter des bonifications de points).

5- Fake it to make it

Fake it to make it, est un simulateur de sites de fake news, qui montre pourquoi et comment les gens se font manipuler. Le joueur y incarne un étudiant qui veut renflouer ses caisses facilement grâce à un site de fausses informations, rentable grâce à la pub et aux partages sur des (faux) groupes de réseaux sociaux. L’interface est en anglais, ce qui est là encore, un bon moyen d’aborder l’EMI avec un collègue de langues.

6- Bad News

Ce nouveau jeu en ligne, lancé par des chercheurs de l’Université de Cambridge est disponible gratuitement. Proche de la philosophie de Fake it to make it, il invite à déployer des stratégie en se mettant dans la peau d’un journaliste roi de la désinformation qui doit diffuser de fausses informations pour gagner des followers tout en gardant une certaine crédibilité.

 III- Un module éducatif

Ce dispositif "Théories du complot, ressorts et mécanismes" est conçu comme un parcours au service des animateurs et éducateurs, cet outil d’éducation aux médias propose, au travers de 14 capsules thématiques et 6 capsules des exercices pour aborder les théories du complot sous une approche critique et structurée.

 IV- Bonus : vidéos

Des vidéos courtes et efficaces à montrer aux élèves...

... pour les inviter à comprendre rapidement ce qu’est le complotisme, comment se diffusent les rumeurs, visualiser des données pour répondre aux rumeurs scientifiques.
L’outil vidéo, projeté en début de séance peut initier un travail de recherche puis un débat vivant. Facile à mettre en oeuvre, cela peut faire l’objet d’une séance d’une heure.

1- Data science vs fake

Une collection de 20 films courts de 2 min, qui déconstruisent les Fakes en transformant les chiffres et les données objectives en images animées, visuellement séduisantes et scientifiquement exactes, pour les opposer aux rumeurs, fake news et autres idées reçues. En voici quelques exemples :

2- Les clés des médias

Série incontournable pour appréhender les les notions essentielles concernant les médias, deux vidéos concernent plus particulièrement cet article :

  • La théorie du complot :
  • C’est quoi la rumeur :

3- Hygiène mentale

Sur sa chaîne Hygiène mentale, Christophe MICHEL propose des petits documentaires animés à propos de l’esprit critique et l’éducation aux médias.
Il utilise ce qu’il nomme la "zététique"(10) pour "chercher des moyens de trier le vrai et le faux, filtrer l’Info de l’Intox, dans toutes les affirmations extraordinaires, en particulier à propos des phénomènes paranormaux, pour les étudier de façon scientifique."
Sa vidéo, La désinformation - (pourquoi autant de trucs faux sur Internet) nous intéresse plus spécifiquement puisqu’il y explique le schéma de la propagation de l’information, explique comment remonter à la source première, donne des pistes pour en vérifier la fiabilité...
Ses vidéos sont en licence de libre diffusion (Creative Common), ce qui permet de les utiliser et partager librement.

4- Deco’Actu

Série d’animation rigoureuse, précise, sourcée et vérifiée qui décrypte les grands événements d’actualité. Disponible sur Lesite.TV éducaton, cette web série propose d’expliquer en 2’30 une notion clé de l’actualité, avec l’appui de la datavisualisation et du design d’animation.
Qu’est-ce que le complotisme ? (Decod’actu - Saison 4) :

5-L’intox, c’est nous

L’épisode 3 de la série, produite par France TV Slash, signale quelques "deep fake" :
La désinformation numérique est un symptôme d’un monde traversé par le changement climatique, les migrations, la perte de confiance dans les institutions… Dans ce contexte, il est tentant de croire ce qui rassure. Mais où s’arrête cette désinformation numérique ? Quelles sont les conséquences de ces intox dans le monde réel ?
"Face à une fausse information, on se demande d’où elle vient ? Qui l’a produite ? Pourquoi ? Sauf qu’aujourd’hui le paradigme a changé et, dans l’écosystème numérique, nous ne sommes plus extérieurs à la désinformation, nous en sommes toutes et tous les relais potentiels."

6- 30 secondes avant d’y croire

Un site québécois pour lutter contre la désinformation : Qu’est-ce qu’une fausse nouvelle ? Pourquoi les invente-t-on, les diffuse-t-on ? quel est leur impact ?

Ce site propose des réponses sous forme de modules (temps de lecture d’environ 1 à 5 mn), ainsi que des ressources vidéo et des fiches outils... Par exemple la fiche N°3 : Comment reconnaître une théorie du complot ?

 V- Bonus : podcasts France Culture

Signalons l’excellente série de podcast de France culture qui décortique les théories du complot : "Une série en 10 histoires sur les mécanismes de construction et de propagation de complots imaginaires manipulés par les pouvoirs ou agités dans l’ombre. Ou comment une théorie complotiste peut devenir un phénomène culturel".

 VI- A vous de jouer : ESSAIMEZ !

1- Informez :

N’hésitez pas à partager vos ressources via votre ENT, votre portail Esidoc ou des newsletters envoyées aux collègues, élèves, parents(11)

Exemple  : création d’une rubrique EMI / décoder l’info sur un portail Esidoc

2- Créez votre propre jeu :

Escape game, jeux de piste, adaptation du jeu d’ambiance les Loup-Garous de Thiercelieux… à vous de jouer !
[cela fera l’objet d’un prochain article...]

Références

(1) Guiol, E. La fabrique du mensonge - S1 : Paul Horner : le roi des fake news - diffusé le sam. 20/04/19. [Consulté sur https://www.france.tv/france-5/la-fabrique-du-mensonge/la-fabrique-du-mensonge-saison-1/954899-paul-horner-le-roi-des-fake-news.html.]

(2) Pour plus de détails voir : Le Corre, B. (04/11/2016)En Macédoine, Trump est une machine à cash pour des sites d’info crapuleux - https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-monde/20161104.RUE3679/en-macedoine-trump-est-une-machine-a-cash-pour-des-sites-d-info-crapuleux.html. [consulté le 10/05/2019]

(3) Vinogradoff, (17/11/2016). Le constat d’un auteur de fausses infos sur Facebook : Personne ne vérifie. C’est effrayant - https://www.lemonde.fr/big-browser/article/2016/11/17/le-constat-d-un-auteur-de-fausses-infos-sur-facebook-personne-ne-verifie-c-est-effrayant_5033076_4832693.html [consulté le 10/05/2019]

(4) JORF n°0086 du 11 avril 2019 - texte n° 40 : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000038359165&dateTexte=&categorieLien=id

(5) RAHMAN, R. (09/05/2019) Singapour : le pays adopte une loi contre les fausses informations. Consulté sur http://www.rfi.fr/asie-pacifique/.[Consulté le 10/05/2019]

(6)Cario, E. (07/05/2019) . Romain Badouard : « Il faut garantir aux citoyens européens un contrôle démocratique des nouvelles formes de censure sur Internet » Libération.fr. https://www.liberation.fr/debats/2019/05/07/romain-badouard-il-faut-garantir-aux-citoyens-europeens-un-controle-democratique-des-nouvelles-forme_1725474 [consulté le 08/05/2019]

(7) Couronne, V. (18/04/2018). Loi anti-fake news : une fausse bonne idée - La revue des médias. INA. https://larevuedesmedias.ina.fr/loi-anti-fake-news-une-fausse-bonne-idee. [consulté le 10/05/2019]

(8) Marsh, S. (11/05/2019). Social media boycott ’may be only way to protect children’. Consulté sur https://www.theguardian.com. [consulté le 10/05/2019]

(9)- Le site Docs pour Docs propose plusieurs ressources sur le fact checking : Fact Checking et élections européennes- http://docpourdocs.fr/spip.php?breve984->http://docpourdocs.fr/spip.php?breve984. [consulté le 07/05/2019]

(10) : Selon Emile Littré (1872), la Zététique est la « méthode dont on se sert pour pénétrer la raison des choses » et selon Pierre Larousse (1876) : « Zététique : se dit des méthodes de recherches scientifiques : méthode zététique ».

(11)- Emmanuelle Mussi a élaboré et diffusé une newsletter interactive sur les « deep fake » : article EDW du 13/04/2019 http://espacedocweb.enseigne.ac-lyon.fr/spip/spip.php?article159

- Clemi Lyon : Complotisme et Fake News : D’où vient l’info ? (diaporam d’Edwige Jamin) : https://dane.ac-lyon.fr/spip/CLEMI-Complotisme-et-Fake-News-D

- Eduscol : Déconstruire la désinformation et les théories conspirationnistes ICI : http://eduscol.education.fr/cid95488/deconstruire-la-desinformation-et-les-theories-conspirationnistes.html

Logo de l’article : pixel2013