logo article ou rubrique
LIBERTE D’EXPRESSION - BLASPHEME – LAICITE

Pistes pour aborder ces thématiques avec nos élèves.

Article mis en ligne le 25 mars 2020
dernière modification le 30 mars 2020

par Béatrice Wauters

LIBERTE D’EXPRESSION - BLASPHEME – LAICITE

Suite à la publication d’une vidéo en janvier dernier, dans laquelle elle critique avec véhémence l’Islam, Mila, une adolescente de 16 ans, a reçu des centaines d’insultes et menaces de mort. Deux camps s’affrontent sur les réseaux sociaux : ceux qui, avec le hashtag #JeSuisMila, soutiennent la jeune femme et le fait que le blasphème n’est pas illégal en France et ceux qui, au contraire, condamnent les propos de la jeune femme à travers le hashtag #JeNeSuisPasMila.

Preuve en est que, après "Je suis Charlie", le droit au blasphème pose toujours question dans notre pays. Suite aux attentats de 2015, la liberté d’expression a longuement été discutée et les professionnels de l’éducation nationale ont été sollicités afin d’aborder ce sujet avec les élèves.
En tant que professeurs documentalistes, dans le cadre de l’EMI ou de l’EMC, par exemple, comment pouvons-nous nous emparer de cette thématique épineuse ?

 I-RESSOURCES POUR ABORDER LE SUJET

Une exposition documentée, des affiches, des caricatures, des Unes ou des vidéos courtes peuvent servir de prétexte permettant d’aborder la laïcité, le blasphème, la liberté d’expression et d’entrer concrètement dans le vif du sujet.

Expositions pédagogiques

Le Moutard, BNF, Les moustachus proposent des expositions sur la laïcité : voir l’article EDW ICI

PRESSE

VIDEOS

LaïcitéLIBERTE d’expression, blasphème…Dieudonné vs Charlie, Affaire Mila…
Qu’est-ce que la laïcité ? en 4mn30
La liberté d’expression et ses limites en 2mn30
Deux poids deux mesures en 2mn30
La laïcité en 3mn
Ca veut dire quoi le blasphème ? en 2mn30
Pourquoi condamner Dieudonné et pas Charlie Hebdo ? en 3mn
La laïcité un concept à géométrie variable ? en 3mn30
A quoi sert la caricature ? en 2mn30
L’affaire MILA en 1mn20

 II- SEANCES

En fonction du support utilisé pour introduire la séance (exposition, vidéo, Unes de journaux...), plusieurs dispositifs pédagogiques ont été expérimentés.

L’expo-quiz

L’exposition "La laïcité parlons-en", prêtée par l’association le Moutard est constituée d’un kit contenant 8 kakémonos et des documents d’accompagnement (Guide pratique d’utilisation, réponses et solutions)
1- Les élèves visitent librement l’exposition, tout en répondant au fur et à mesure aux questions proposées sur les kakémonos. Le parcours nécessite environ 20 à 30 minutes
2- puis une mise en commun des réponses permet d’ouvrir le débat, tout en apportant les éléments de réponses, articles de loi, textes historiques qui encadrent la laïcité en France.

« la conférence interactive »

L’objectif est de rendre la visite de l’exposition BNF ou l’écoute de vidéos plus actives, tout en créant une émulation dans la classe. Plusieurs temps sont nécessaires :
1- Prise de note lors de la visite de l’exposition ou de l’écoute de la vidéos choisie (exemple dans les ressources ci-dessus). Signaler aux élèves qu’ils devront prévoir de poser une ou deux questions, portant sur le contenu de la vidéo ou de l’expo, aux autres élèves.
2- A l’issue de la projection -ou de la visite d’exposition- demander aux élèves de se regrouper par groupes de 4 ou 5 afin de partager et de sélectionner les questions les plus pertinentes.
3- Jeu d’échange de questions / réponses :
- Un groupe pose sa question à la classe,
- Le groupe qui répond correctement -ou le plus rapidement- prend la main et pose à son tour une question à la classe, etc.

Le Quiz numérique

Une variante consiste à conserver les questions les plus pertinentes afin d’élaborer un quiz numérique. Une classe peut ainsi fabriquer un quiz interactif qui sera proposé à d’autres classes. Dans notre cas, nous avons utilisé un questionnaire KAHOOT, qui a pu être diffusé sur écran auprès d’autres classes.

RGPD : Pour la création du quiz, les élèves ont utilisé le compte du CDI. Pour y répondre, il n’est pas nécessaire d’avoir un compte : il suffit d’aller sur le site Kahoot, d’entrer le numéro du jeu, d’indiquer un pseudo et c’est parti pour un jeu de type « code de la route » !
En revanche, un accès à Internet est nécessaire (au lycée le partage de connexion fonctionne, certains collèges disposent de bornes Wifi) 

Exemples de quiz réalisés par des classes (LGT Mimard) ici :

Vous pouvez jouer à votre tour :
Cliquer sur un des deux liens, attendre que le code du jeu apparaisse puis chacun ouvre le lien "play Kahoot" - C’est parti !

REMARQUE : ce type de quiz s’appuie sur les ressorts de la ludification et crée une saine compétition. En effet, seuls les trois meilleurs répondants apparaissent à l’écran. Ainsi, s’il est stimulant de bien répondre pour "gagner", ne sont pas dévalorisés les élèves qui répondent mal ou moins rapidement.
Le fait de concevoir les questions permet également de réactiver les connaissances (principe du « feed back »)

 III- DEBATTRE

Suite à la projection d’une vidéo ou à la visite d’une l’exposition, une façon classique d’aborder le débat consiste, pour l’enseignant, à poser une série de questions. Les premières introduisent le sujet de manière neutre, en portant sur les aspect historiques puis, les questions « sensibles » peuvent apparaître, si possible associées à un exemple précis et son traitement médiatique, historique et légal.
Ci-après, deux dispositifs permettent d’engager les élèves de manière plus active :

Débattre en utilisant les Abaques de Régnier

(configuration élèves assis)

1- Un carnet, constitué de 4 feuilles de couleurs différentes agrafées, est distribué aux élèves. A chaque couleur correspond un avis :
- vert = tout à fait d’accord
- bleu = un peu d’accord
- jaune = pas tellement d’accord
- rouge = pas du tout d’accord
2- L’enseignant énonce une affirmation "polémique" ; par exemple : "en France, un journal a le droit de se moquer d’une religion" / "un enseignant peut organiser la visite d’une église" / "dissimuler son visage est interdit sur l’espace public" / "au nom de la laïcité et de la neutralité, les cantine scolaires doivent proposer plusieurs menus"… (voir d’autres questions sur les Kahoot cités ci-dessus)
3- Les élèves sont invités à se positionner par rapport à cette affirmation en levant la couleur qui correspond à leur réponse.
4- L’enseignant demande aux différentes "couleurs" d’exposer leurs arguments
- Discussion, échanges...
- L’enseignant engage à dépasser les avis personnels et demande aux élèves d’utiliser les arguments issus des ressources étudiées précédemment, il peut demander de compléter avec des article de loi, des articles de journaux, des exemples de procès…

Débat mouvant (ou rivière du doute)

(configuration élèves debout)

Sur le principe précédent, l’enseignant sélectionne quelques questions "polémiques". Il rédige ou projette la première question au tableau. De part et d’autre de l’affirmation, sont notées les phrases « plutôt d’accord » et « pas d’accord ».

  • Les enseignants demandent aux élèves de se positionner physiquement du côté qui leur correspond. Ceux qui hésitent se placent au milieu (dans la « rivière du doute »)
  • les élèves se regroupent par proximité « géographique » et échangent leurs arguments,
  • Les rapporteurs exposent leurs arguments à la classe, à l’oral ou en les écrivant au tableau.
  • Discussion, échanges...
  • L’enseignant propose des ressources : article de loi, parutions de journaux, jugements de procés…

 IV-RESSOURCES POUR COMPLÉTER LE DÉBAT

Liberté d’expression

Définition : Elle est définie par la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 qui dispose que « Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et le droit de chercher, de recevoir et de répandre, sans considération de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit. ». Ainsi, chacun a le droit d’avoir son opinion, ses idées et de l’exprimer par n’importe quel moyen et sous n’importe quel format.
En outre, en droit français, la liberté d’expression est formulée aux termes de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen (DDHC) de 1789 et a donc valeur constitutionnelle, c’est-à-dire que les lois doivent respecter cette liberté.

Son affirmation dans la loi :L’article 10 de la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH) réaffirme la liberté d’expression en disposant que « Toute personne a droit à la liberté d’expression. Ce droit comprend la liberté d’opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu’il puisse y avoir ingérence d’autorités publiques et sans considération de frontière. »
Cette Convention prime sur les lois nationales, y compris constitutionnelles, chaque État devant adapter sa législation interne aux exigences européennes.

Textes de référence :

Textes internationaux
· Déclaration universelle des droits de l’Homme du 10 décembre 1948
· Convention internationale relative aux droits de l’enfant du 20 novembre 1989

Textes nationaux
· Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen du 26 août 1789
· Préambule de la constitution de 1946
· Constitution du 4 octobre 1958
· Loi du 9 décembre 1905 de séparation des Églises et de l’État
· Loi du 2 janvier 1907 concernant l’exercice public des cultes
· Loi du 15 mars 2004 encadrant en application du principe de laïcité le port de signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse dans les écoles, collèges et lycées publics
· Loi du 11 octobre 2010 interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public

Autres textes nationaux
· Circulaires de Jean Zay du 31 décembre 1936 et du 15 mai 1937
· Circulaire du Ministère de l’Éducation nationale du 22-5-2004 sur le port de signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse dans les écoles, collèges et lycées publics
· Circulaire n° 2013-144 du 6-9-2013 du ministère de l’Éducation nationale sur la charte de la laïcité à l’école et texte de la charte